Accès malvoyants

Malvoyant
Thème par défaut

Musithèque

 

Comptoir des disques

Vous souhaitez partager vos coups de cœur du moment pour un album, un(e) artiste, un groupe ou un ensemble ?

Découvrir de nouveaux artistes ou styles musicaux ?

Le club d'écoute est un moment privilégié d'échanges et de découvertes permettant à chacun d'élargir ses horizons musicaux.

N'hésitez pas à venir écouter et découvrir de nouvelles musiques autour d’un petit déjeuner.

Prochain rendez-vous :

  • Samedi 15 février à 10h30 - Les talents locaux - Venez participer à la programmation du prochain Apéro-Concert !

 

Comptoir des Disques - Décembre 2019

50 : just warming up !

par Lucky Peterson
L'américain célèbre avec cet album ses 50 ans de carrière dans le blues. Le titre est on ne peut plus explicite : tout ceci n'était qu'un échauffement, et cela va vous réchauffer, de la tête aux pieds. Entre ouverture vers d'autres styles et tradition du blues, Lucky Peterson montre dans ce disque son habileté à conjuguer le blues au pluriel et nous dévoile son singulier sens de la musique.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/3149020938454.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Acca

par ALA.NI
La première fois qu'on a entendu ALA.NI, il y a plus de quatre ans, c'était sur la vidéo confidentielle de la chanson Suddenly. Elle ressemblait à une chanteuse en noir et blanc, une silhouette à contre-jour, dont la voix s'élevait en tendres volutes. La Londonienne (d'origine caribéenne) ALA.NI était un rêve, devenu réalité. Depuis, elle a sorti des EP's et l'album You & I paru début 2016, fait tout un tas de concerts dans des pays et des environnements variés (de l'appartement au Château de Fontainebleau), montré qu'elle dansait aussi bien qu'elle chantait et qu'elle savait faire rire autant qu'émouvoir. Finalement, avec sa musique entre folk d'alcôve et comédie musicale miniature, ALA.NI était une artiste en couleurs vives, la chanteuse qui dansait sur l'arc-en-ciel. Acca est son second album. Acca c'est pour "a cappella" car ce 2e disque a été (entièrement) conçu et (largement) réalisé a cappella. Et pour l'inspiration : des amis, des histoires de coeur, des souvenirs, des fous rires, des voyages, l'appétit de vivre et le goût du risque. Un album corporel et vivant et un featuring avec le grand Iggy Pop.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0190759575925.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Art de la défaite (L')

par Batlik
<iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/3700187670542.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe>

Black Pumas

par Black Pumas
Le projet, qui tient autant du hip-hop East Coast que des classiques de la funk et de la soul, sait pourtant se dinstinguer des empreintes du genre en affirmant un style unique et captivant. Remarqués après une série de performances au South by Southwest, Black Pumas entame une rapide ascension et se fait encenser par de nombreux médias tels que NPR, la radio KCRW et Rolling Stone. Le groupe présente ici son premier album produit par le talentueux Adran Quesada.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/5400863011550.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Drapeau blanc

par Lord Esperanza
A 22 ans, Lord Esperanza sort son premier album. Le témoignage d'un enfant du siècle, ballotté entre anges et démons. En sweat ou en col roulé, les sourcils froncés ou le regard au loin, débitant des punchlines ou fredonnant une mélodie, Lord Esperanza brille par ses paradoxes. Une dualité inscrite jusque dans son nom de scène. Lord Esperanza, comme deux facettes d'un artiste complexe. En deux mots, tout est dit : le sens de l'ego-trip d'un rappeur déterminé à jouer les premiers rôles, mais aussi les idéaux portés par un jeune homme au premier opus lumineux. Depuis deux ans, il a proposé pas moins de quatre projets différents à un public toujours plus réceptif. Ces derniers mois, les séances de studio se sont enchaînées pour concevoir cet album introspectif, longuement mûri, pensé comme un tout, fidèle aux paradoxes de son auteur.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0190759313022.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Georgia : Tous mes rêves chantent

par Timothée de Fombelle
Georgia, c'est l'histoire d'une grande star de la musique et de personnages hauts en couleurs qui gravitent autour d'elle. En proie au doute, Georgia dévoile ses souvenirs, ses rêves et ses secrets ...Un hymne à la vie et aux rêves, raconté par Cécile de France. Un conte musical sensible et flamboyant par l'un des auteurs jeunesse les plus aimés des lecteurs ! Une production imaginée et réalisée par l'Ensemble Contraste, réunissant autour de lui des artistes talentueux : Albin de la Simone, Alain Chamfort, Anny Duperey, Raphaële Lannadère, Babx, Emily Loizeau, Pauline Croze, Amandine Bourgeois, Karine Deshayes, Marie Oppert, Ariane Moffatt, Rosemary Standley, Ben Mazué, Magali Léger, Florian Laconi et la Maitrise de Paris ...

Kiwanuka

par Michael Kiwanuka
En baptisant son troisième album du simple nom Kiwanuka, Michael Kiwanuka ne serait-il pas entré enfin en paix avec lui-même ? Depuis ses débuts en 2012, le Londonien n’a cessé de s’interroger sur sa place artistique, son rapport à ses influences musicales mais aussi son identité et même son rôle dans une société toujours gangrenée par le racisme… Dès son brillant premier disque, Home Again, Kiwanuka a été intronisé “nouvelle merveille de la soul contemporaine”. De cette soul consciente mâtinée de folk à la Terry Callier et fleurant bon les 70's. Certains le compareront même à Bill Withers, Otis Redding et Marvin Gaye, rien que ça… Sur son second album, Love & Hate, paru en 2016, le songwriter offrait une facette un brin plus rock sans pour autant renier ses influences gospel et soul, épaulé qu’il était par Danger Mouse à la production. Plus apaisé dans sa réalisation, toujours aussi engagé dans son propos et d’une grande richesse instrumentale, Kiwanuka marche dans les pas de ses prédécesseurs. Danger Mouse est à nouveau derrière la console mais il donne cette fois une ampleur et une force inédites à tout ce qui défile entre les oreilles : de la soul en cinémascope, du gospel grand format, des guitares wah-wah bien funky, des cordes sensuelles, des basses bigger than life, de longs passages instrumentaux, etc.. Un peu à l’image de You Ain't the Problem qui ouvre le disque, véritable chef-d’œuvre d’architecture de soul pure. Michael Kiwanuka n’a jamais caché sa passion pour le Marvin Gaye du début des années 70 et on pense ici très souvent à What’s Going On (son album préféré de tous les temps) et Trouble Man, même si les voix des deux hommes sont fondamentalement différentes. Ce troisième opus du Britannique âgé de 32 ans est surtout d’une densité inédite. Et chaque nouvelle écoute révèle un arrangement subtil, un mot soupesé ou un instrument à peine caché. Un grand disque. © Marc Zisman/Qobuz<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0602577952753.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Radyo siwèl

par Mélissa Laveaux
Sur cet album la chanteuse canadienne revisite l'extraordinaire patrimoine musical haïtien, notamment celui issu de l'occupation de l'île par les Etats-Unis (1915-1934). A partir de recherches approfondies (enregistrements, cahiers, hymnes vaudous, témoins), Mélissa réveille, au gré de son imaginaire, ces chants populaires de résistance. Elle honore les luttes passées de la terre natale de ses parents, souvent trop peu racontées dans les livres d'Histoire, avec son énergie rock et le voile singulier de sa voix.<p><iframe src='http://www.gamannecy.com/upload/htmls/0190758066929.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Tempéraments

par Carl Philipp Emanuel Bach
Shani Diluka explore dans cet album la relation spirituelle voire filiale encore peu connue entre CPE Bach et WA Mozart. Sur une copie moderne du Walter 1790, piano préféré de Mozart, l'artiste nous offre une lecture inédite des oeuvres des deux compositeurs. Elle approfondit notamment une problématique propre à l'époque classique, celle du diapason et des tempéraments et en révèle les plus infimes secrets au travers d'une interprétation éclairée et virtuose, accompagnée par l'Orchestre de Chambre de Paris et Ben Glassberg à la direction.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/3760127224358.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Whose heavenly touch

par John Dowland
« Dans ses oeuvres les plus sombres, on se sent abandonné comme dans les profondeurs d’un puits à sec, loin de toute lumière, seul en compagnie d’ogres et de démons. De même que le compositeur touche aux limites extrêmes dans ses allusions textuelles, de même il ploie et tord les mains de l’interprète pour extraire l’insoutenable essence du texte. À un autre moment, il fera surgir une sorte d’esprit fantasque, presque sauvage, irisé de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel : le luth, instrument de torture quelques minutes auparavant, s’élève tout à coup vers des sommets inattendus de légèreté et d’éloquente folie ». C’est en ces termes passionnés que le luthiste Hopkinson Smith évoque la musique que John Dowland a réservée à son instrument. Ce nouvel album consacré à ses fameux songs pourra paraître sacrilège pour l’oreille de certains spécialistes, alors que le simple mélomane y éprouvera un plaisir sans pareil. C’est que Hopkinson Smith et Mariana Florès ont effectué des changements du texte original en transposant et en modifiant certaines pages. Pour répondre à l’indignation que peuvent susciter de telles libertés, les interprètes répondent avec raison que c’est avant tout un certain pragmatisme musical qui faisait, à l’époque, tout le sel de la créativité, Dowland ayant lui-même laissé plusieurs variantes de ses oeuvres les plus célèbres. La soprano argentine Mariana Florès s’est lancée avec amour dans ce projet inhabituel pour elle qui chante plutôt dans les langues latines. Aidée d’un coach, elle a cherché la perfection de la prononciation anglaise, ciselant chaque syllabe avec soin en cherchant avec son ami luthiste la meilleure manière de colorer à la fois la langue et la musique de Dowland. C’est ce mélange de travail opiniâtre et de liberté qui donne à ce disque une tonalité particulièrement envoûtante. © François Hudry/Qobuz<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0822186089415.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

You've changed

par Baptiste Trotignon
Considéré comme l'un des meilleurs pianistes de sa génération, et après 20 ans d'une carrière couronnée par de nombreux prix (Echo Jazz Award, Prix Django Reinhardt, Grand Prix au Concours International de Piano Martial Solal... ) et jalonnée de prestigieuses collaborations (Melody Gardot, Brad Mehldau, Jeanne Added, Natalie Dessay, Ibrahim Maalouf, Miossec, Camélia Jordana, Archie Shepp... ), Baptiste Trotignon revient avec un album, "le plus personnel" à ses yeux, et le troisième chez Sony Music. Les compositions originales virtuoses, véritables "improvisations totales, sans préméditation" sur lesquelles Baptiste laisse libre court à son imagination (Milonga, Speed et Epilogue), se mélangent parfaitement à des reprises brillantes de standards cultes (I'm a fool to want you de Frank Sinatra et Billie Holiday, Sugar man de Sixto Rodriguez, Here, there and everywhere des Beatles). Outre la grande qualité du répertoire, l'album se dévoile également à travers une incroyable série de duos intimes et un casting cinq étoiles d'invités prestigieux : Ibrahim Maalouf, Camélia Jordana, Thomas de Pourquery, Joe Lovano, Vincent Segal et le trompettiste Avishai Cohen.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0190759255629.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Zou bisou bisou

par Gillian Hills
La douce folie colorée des yéyés dans une sélection pour enfants : 17 tubes incontournables des années yéyé à découvrir ou redécouvrir pour chanter, danser et twister !<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/9782278091010.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

La Musique de film - Octobre 2019

Amarcord

par Federico Fellini

Il était une fois Ennio Morricone : Vol.1

par Ennio Morricone

Nouvelle vague : chansons et musiques de films

par Miles Davis
Dès son origine, la collection Ecoutez le cinéma a publié en version intégrale les partitions emblématiques de la Nouvelle Vague, période de révolution artistique, emmenée par le trio de mousquetaires Godard, Truffaut et Chabrol. Aujourd'hui, en voici la première synthèse à grande échelle, couvrant d'Ascenseur pour l'échafaud à Baisers volés. Trois CD pour raconter avec des notes, dix ans qui ont changé à jamais le cinéma français

Ascenseur pour l'échafaud

par Miles Davis

Bagdad Café : Bande originale du film

par Bob Telson
Bande originale du film de Percy Adlon.

Beetlejuice

par Danny Elfman

Can you dig it ? The music and politics of black action films, 1969-1975

par Roy Ayers
Cette compilation retrace l'ascension puis la chute des films d'action noirs dans les années 70. L'incroyable musique de ces films a été rassemblé par le label Soul Jazz et est accompagné d'un livret de plus de 100 pages.

Charlie Chaplin & The Fureys

par Charlie Chaplin

Hair : Original Soundtrack Recording

par Milos Forman

Interstellar : Bande originale du film de Christopher Nolan

par Hans Zimmer
C'était un challenge difficile pour Hans Zimmer que de mettre en musique l'aventure spatiale démesurée d'Interstellar, forcément conscient qu'il était de devoir éviter des météorites comme les bandes originales de 2001, Odysée de l'espace ou Gravity. De telles références lui donnaient peu l'occasion de faire briller sa musique face aux images, sans risque de trop évoquer les réussites absolues précitées. Trop malin pour tomber dans les rets ainsi tendus, Hans zimmer s'en tire avec sobriété et élégance. Pas d'effets sonores colossaux comme dans Gravity, ni de mélange psychédélico-classique cher au film de Stanley Kubrick, mais seulement un score tiré à quatre épingles, au point d'en être un peu terne. La marge était étroite et Hans Zimmer s'est faufilé par un trou micro-cosmique pour orchestrer une bande originale qui tienne son rang. Les mélodies sont souvent douces comme sur « Cornfield Chase » ou « A Place Among the Stars » et créent un décalage avec des images beaucoup moins contemplatives. Par certains côtés, Hans Zimmer a presque composé un disque d'ambient orchestral. (...) - François Alvarez - Music Story

La la land : bande originale du film de Damien Chazelle

par La La Land Cast
<iframe src='http://www.gamannecy.com/upload/htmls/0602557117776.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe>

L'Alphabet des musiques de films

par Stéphane Lerouge

Le Grand bleu : version intégrale

par Eric Serra

Les Choristes

par Bruno Coulais

Les Demoiselles de Rochefort

par Michel Legrand

Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l'anneau

par Howard Shore

Le Seigneur des anneaux : le retour du roi

par Howard Shore

Les Plus grands thèmes du cinéma : science fiction

Melodie en sous-sol, Un Singe en hiver : bandes originales des films d'Henri Verneuil

par Michel Magne
<iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0602498434253.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe>

Pirates des Caraïbes 2 : Dead man's chest

par Hans Zimmer

Plus grands succès (Les), vol. 2

par Vladimir Cosma
Contient les thèmes des plus grands films de Vladimir Cosma.

Portrait d'Alfred Hitchcock

par Alfred Hitchcock

Princesse Mononoké

par J¯o Hisaishi

Requiem for a dream

par Clint Mansell

Seven Years in Tibet

par John Williams

Star wars trilogy : bande originale des films de George Lucas

par John Williams
John Williams est le compositeur des musiques des deux trilogies Star Wars. Il dirige ici l'Orchestre Symphonique Skywalker qui interprète les plus grands thèmes de la trilogie originelle Star Wars.

The Dark knight (Le chevalier noir)

par Hans Zimmer
Cette bande son du quatrième volet de la série des Batman a été réalisé par deux des plus grandes pointures du genre : Hans Zimmer (Le Roi Lion, Mission Impossible, Da Vinci Code.) et James Newton Howard (I am a legend, King Kong). Le crime n'a qu'à bien se tenir, l'homme chauve-souris est toujours là.

The grand Budapest hôtel

par Alexandre Desplat

Titanic

par James Horner

Tree of life (The) : Bande originale du film de Terrence Malick

par Alexandre Desplat
Le cinéma n'est pas seulement visuel - il est aussi sonore et, dans THE TREE OF LIFE, la musique et les effets sonores sont tout aussi fondamentaux que les couleurs, les matières et l'atmosphère. Les voix-off se fondent dans la partition symphonique d'Alexandre Desplat, et inversement, et composent un environnement sonore où les bruits du quotidien et ceux de la nature ont la même importance, et procurent, eux aussi, un sentiment d'émerveillement et de mystère.

Comptoir des disques Avril 2019

12 years a slave : Bande originale du film de Steve McQueen

par Divers
Ce film est basé sur une histoire vraie incroyable : la lutte d'un homme pour sa survie et la liberté. Dans la pré-guerre civile aux Etats-Unis, Solomon Northup, un homme noir libre de l'état de New York est enlevé et vendu comme esclave. Face à la cruauté, personnifiée par un propriétaire malveillant, Solomon se bat non seulement pour rester en vie mais aussi préserver sa dignité. Dans la douzième année de son odyssée inoubliable, la rencontre fortuite avec un abolionniste canadien modifie sa vie pour toujours.

1958

par Blick Bassy
C’est avec l’album Akö (2015), bijou de grâce, que le songwriter camerounais Blick Bassy a trouvé la formule miracle de son folk bassa : des mélodies somptueuses pour porter son falsetto éthéré, le halo discret de sonorités plus classiques et quelques fantômes judicieusement convoqués. Annoncé par un clip (Ngwa) aux images grandioses, 1958 en prolonge le trait dans une tonalité plus épique, pour célébrer les héros de l’indépendance camerounaise et plus spécialement Ruben Um Nyobè, alias Mpodol (le « porte-parole » en bassa), leader indépendantiste exécuté par des militaires français le 13 septembre 1958. Les accents douloureux de son histoire affleurent dans la mélancolie du chanteur, qui use de son grain caressant, ainsi que des consonances de la langue bassa pour adoucir les contours. Le son, toutefois, est plus dense, les cuivres, le violoncelle et les synthés s’autorisant même de l’emphase pour appuyer la dramaturgie du propos. Ces chansons produites avec sophistication n’ont pas le charme du blues d’Akö. Mais Blick Bassy reste un conteur inventif et sensible (il est aussi l’auteur du Moabi Cinéma, premier roman truculent), qui nous embarque dans ses aventures. - Anne Berthod - Telerama n°3608<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/3700187670351.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

4 wheel drive

par Nils Landgren
Quatre des plus grands musiciens du jazz européen actuel, Nils Landgren, Michael Wollny, Lars Danielsson et Wolfgang Haffner, qui se connaissent bien et apprécient réciproquement leur travail depuis de nombreuses années, ont décidé d'enregistrer un album ensemble au Nilento Studio à Göteborg. Certes, leurs chemins se sont déjà croisés à de nombreuses reprises dans toutes sortes de configurations, mais ils se retrouvent pour la toute première fois en quartet. Le titre de l'album reflète le rôle égal que chacun a joué dans l'orientation du quartet. Ils prennent la route ensemble, à la fois comme de superbes solistes et comme joueurs d'équipe. En plus d'une composition originale de chacun d'eux, Landgren, Wollny, Danielsson et Haffner ont également décidé de se concentrer sur quatre légendes de l'histoire récente de la musique et d'interpréter leurs airs : Paul McCartney, Billy Joel, Phil Collins et Sting.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0614427987525.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Akö

par Blick Bassy
Avec ce troisième album, Blick Bassy bascule dans une autre ­dimension, quelque part du côté du Mississippi, hantée par le fantôme de Skip James. De ce bluesman, disparu en 1969, le songwriter camerounais, métamorphosé, adopte la modernité dépouillée et l'émouvant falsetto. On reconnaît, dans ces ballades intimistes aux mélodies somptueuses, la patte No Format : un mélange très organique de minimalisme et d'élégance, à la fois ancré dans la tradition (africaine, du Delta) et sublimé par un ­halo classique. Avec, pour épouser ses complaintes graciles et sa langue si musicale, le picking du violoncelle, qui fait écho à celui du défunt guitariste, et les samples de Nicolas Repac. Le son est soigné et l'album, parfaitement construit. Le disque s'ouvre ainsi sur les rêveries oniriques d'Aké et se ferme sur les climats délicatement dramatiques de Ndjèl. Entre ces titres à l'épure envoûtante, on navigue entre swing New Orleans, rhythm'n'blues et berceuse murmurante. L'harmonica s'étire, le banjo cultive une douceur plus roots et le trombone soupire, tendre à fendre le coeur. - Anne Berthod - Telerama n° 3404

Chef : Bande originale du film de Jon Favreau

par Divers
Une B.O. décoiffante, à la Tarantino, allant de la salsa au rock en passant par le hip-hop et le reggae. La bande son du film, compilée par Mathieu Schreyer souligne parfaitement le côté road trip du film. Chaque ville possède son identité culinaire et musicale : - Miami et sa sauce salsa (Que Se Sepa, Homenaje A Beny More), - New Orleans et son inévitable groove de fanfare (Bustin Loose, Sexual Healing), - Austin et son "Texas blues" (Gary Clark Jr.), et enfin Los Angeles et son buffet hip-hop (C.R.E.A.M, West Coast Poplock).

Dune

par Canine
Canine chante en français, elle chante en anglais, elle chante surtout une langue étrange, personnelle, d'une voix déterminée et languide : on se demande parfois si Canine est homme, est femme. Son chant est grave, on ne peut pas tricher avec la soul qu'elle détourne vers une version très personnelle du genre, qui doit autant au R&B de pointe qu'au vintage Phantom of the paradise. Sa musique, une outre pop, une soul futuriste, a quelque chose de sacré aussi... Ce premier album, fruit d'années de réflexion, offre une expérience sensorielle d'où l'on sort hagard et béat, avec une seule idée en tête : repartir immédiatement dans ce trip en montagnes russes, dans ce bain re parateur.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0602577206887.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Eternal Beauty

par Nils Landgren
On redécouvre ici sans bouder son plaisir des tubes pop de George Harrison, Mr. Mister, James Taylor ou Tina Turner, mais l'album a également son lot de ballades jazz. Avec son timbre chaleureux et doux, sans mièvrerie, le chanteur-instrumentiste, Nils Landgren, réinterprète des titres de John Patitucci, Michael Wollny ou du regretté Esbjorn Svensson. Dédié à la mémoire de ce dernier, dont l'ombre plane sur les titres interprétés (écouter le « One Frozen Moment »), c'est un album apaisé et éthéré. La retenue musicale n'éclipse pas le talent de chaque individualité. Pour tous les amateurs du "cool jazz" nordique.

Immigrance

par Snarky Puppy
Immigrance a pour sujet central le mouvement. "L'idée ici est que tout est fluide, tout est toujours en mouvement et que nous sommes tous dans un état d'immigration constant", explique Michael League. "De toute évidence, le titre de l'album n'est pas sans connotation politique." Immigrance a été joué avec la plupart des mêmes musiciens que Culcha VulcIha, leur précédent opus. Si on y retrouve une similarité dans la dynamique, le talent musical et l'esprit cinétique, ce nouveau projet est plus brut et plus sombre que son prédécesseur. Plusieurs des compositions s'appliquent à produire un impact plus direct et plus épuré. Avec cet enregistrement, Snarky Puppy met essentiellement en pratique ce qu'il prêche depuis toujours : des personnes de différents horizons peuvent combiner leurs forces et expériences pour réaliser quelque chose qui soit à la fois beau et cohérent. Le groupe lui-même est une représentation de cette expression musicale.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0193483246949.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Philantropique

par Guts
C'est d'abord l'idée d'un retour à ses fondamentaux de beatmaker qui s'était installée dans l'esprit de Guts. Un travail en solitaire, aux samplers et au séquençage. Il l'a finalement remis au-dessous de sa pile d'idées et en a fait remonter une autre, celle de faire un album radicalement différent des précédents. Expérimental, ensoleillé, qui explorerait toutes ces vibrations venues de l'hémisphère sud que Guts collecte depuis des années en s'adonnant à sa passion du diggin'. Celles avec lesquelles il embrase ses dj sets, celles qu'il a patiemment collectées sur les cinq volumes de ses compilations Beach diggin'.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/3521383454312.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Rhythm & blues

par Buddy Guy
Buddy Guy is alive and well ! C'est plutôt une bonne nouvelle de retrouver le dernier des géants du blues encore sur pied, guitare à pois assortie avec la chemise, qui plus est sur la longueur d'un double album. Celui-ci, dernier-né d'une discographie démarrée en 1967 (soit une dizaine d'années après ses débuts en club), porte fièrement le titre de Rhythm & Blues : non pas un genre par face mais un mélange de blues accéléré et de morceaux plus proche des racines qui l'ont vu grandir de la Louisiane à Chicago. (...) Pour en arriver à cette démonstration de blues moderne et incandescent, il aura fallu passer par une première partie rapide et tout autant électrique, enchaînant pirouettes funky (« Best in Town »), boogie salé (« Messin' with the Kid » avec le remuant Kid Rock) et blues de (com)plaisance (« One Day Away »), aussitôt rattrapé par une série de feulements affolants, avec Miss Beth Hart (qui pour l'occasion délaisse Joe Bonamassa) sur « What You Gonna Do About Me » ou seul, livré à lui-même et son blues teigneux, en légendaire survivant et légataire universel d'un art séculaire. - Loïc Picaud - .music-story.com

Sewing machine effects

par Nola Is Calling
Voyage sonore inédit à la Nouvelle-Orléans ! La recette du label Lyonnais Jarring Effects est toujours la même : réunir dans une ville des artistes de différents pays qui n’ont jamais travaillé ensemble pour créer un album inédit. Cette fois, les musiciens invités sont issus des gangs de Mardi Gras Indians et de la scène QueerBounce de la Nouvelle Orléans, mais aussi des couvents vaudous béninois et des dancefloors du monde. Ensemble ils ont enfanté une musique métissée où les rituels des Big Chiefs côtoient le hip-hop, le violoncelle classique et groovy. Le tout produit et réalisé par le multi-instrumentiste David Walters (Ya Basta !, Canal+) au JFX Studio (Grems, High Tone...) , accompagné au mix par Céline Frezza, notre Big Chief du WWE !<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/3521383450499.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Survivor blues

par Walter Trout
Attention légende ! Vétéran de la scène blues rock, Walter Trout n'a sans doute jamais été reconnu à sa juste valeur en France. Pourtant le bonhomme possède un CV à faire pâlir bon nombre de musiciens. Il a, entre-autre, passé cinq ans au sein des Bluesbreakers de John Mayall, a été membre de Canned Heat, a accompagné John Lee Hooker et Joe Tex. Aussi, il a décidé de marcher dans les pas des grands artistes qu'il a toujours admiré, des artistes qui osent prendre des risques comme Neil Young ou Bob Dylan car on ne sait jamais à quoi va ressembler leur nouvel album...<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0819873018193.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

This land

par Gary Jr Clark
Présenté par Rolling Stone comme "The chosen one" ou encore "The future of music" par Barack Obama, Gary Clark Jr fait partie de ces artistes à l'univers musical inclassable et indéfinissable. L'icône moderne du blues américain revient avec un album pour lequel il a écrit, composé et produit la plupart des morceaux. Authentique et perfectionniste, il présente un opus dans lequel la conscience politique et l'introspection personnelle sont des thèmes récurrents. La diversité des productions et mélodies, entourées de riffs de guitare, font de cet album son travail le plus ambitieux à ce jour.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0093624902270.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Unstatic

par Manu Katché
Produit par Manu Katché lui-même, Unstatic réunit Jim Watson à l’orgue Hammond, Luca Aquino à la trompette, Tore Brunborg au saxophone, Ellen Andrea Wang à la basse et Nils Landgren au trombone. Un groupe soudé avec lequel le batteur a développé une rare complicité. Surtout, un opus qui se découvre comme une suite de paysages sonores, dont les couleurs se mélangent avec douceur, sans sursauts perturbants, même s’ils comportent souvent des poussées d’énergie très communicatives. L’ensemble a surtout la forme d’un délicieux patchwork offrant du jazz bien évidemment mais aussi du funk, de la fusion, de la rumba, du gospel, des ballades, etc. Manu Katché glisse avec toujours beaucoup de précision et de finesse ses ponctuations si caractéristiques, en forme de flambées rythmiques. Et comme le musicien est un homme de goût, il ne tire jamais la couverture à lui. Un beau moment. © CM/Qobuz

Coups de coeur 2018

Amir

par Tamino
Chanteur-compositeur et guitariste belge d'origine égyptienne, tout juste âgé de 21 ans, Tamino possède une voix captivante, dont la musique, d'une qualité fantomatique et envoûtante suggère un auteur-compositeur bien plus évolué que sa jeunesse ne le laisse supposer. Il puise son inspiration dans la musique de Serge Gainsbourg, Leonard Cohen et la musique arabe, celle d'Oum Kalthoum, comme celle de son grand père, Moharam Fouad. Une musique qui nous rappelle l'intimité brute de Jeff Buckley ou les atmosphères ombragées d'un Ben Howard. Un premier album événement très attendu auquel a collaboré le bassiste de Radiohead, Colin Greenwood.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/5060496182258.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Bienaventuranza

par Chancha Via Circuito
Au cours de la dernière décennie, l'Argentine est devenue l'épicentre d'une explosion musicale qui mêle de façon caractéristique la musique folklorique des Andes environnantes et les rythmes électroniques. L'artiste sans doute responsable de cette émergence sur une plate-forme mondiale est nommé Chancha Via Circuito - un natif de Buenos Aires nommé Pedro Canale dont le premier album Rodante (2008) a ouvert les vannes en repoussant les frontières des auditeurs de cumbia. Aussi agréable pour les dancefloors que mystique, Bienaventuranza est l'essence de la musique de Chancha avec des éléments allant de la cumbia au dancehall à la folk en passant par la house, une production cristalline et des collaborations qui sont évidemment naturelles et authentiques.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0708630007610.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Boombap : Bi:scotte or not to bi:!?

par Da Titcha
A l'occasion de sa tournée de printemps 2018, Da Titcha sort l'album issu de son spectacle jeune public. Du hip hop old school au funk urbain, le rappeur rennais nous fait groover sur des titres comme Mes baskets ou encore Biscotte. Huit titres à retrouver aussi en versions instrumentales pour que les petits (comme les grands) s'entraînent à déverser leur flow !<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/3760231764740.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Bricks

par Charles Pasi
C'est un piano qui dessine ici les premières visions. Une voix raconte qu'elle vient du béton, des avenues, des trottoirs bondés ou désertés, des ombres et des arbres esseulés. Un harmonica, tout en retenue, puis une section rythmique progressent au coeur des rues, des âmes. Déambulation qui doit autant aux souvenirs qu'à un constat et un état: Citadin, témoin, homme, musicien, il marche, arpente, avance, sur le bitume et dans sa tête. Charles Pasi n'enregistre pas de disque, non, il poursuit simplement la rédaction de son journal intime. Une poésie à l'équilibre fragile, qui raconte ce monde à la fois beau et effrayant, immense et minuscule, passé et futur, adorable et à brûler.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0602557700978.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Cello Concertos

par Carl Philipp Emanuel Bach
Pourquoi la musique "avant Mozart" serait-elle dorénavant réservée aux seuls orchestres sur instruments d'époque ? Depuis plusieurs années, l'Ensemble Resonanz a relevé le défi sans négliger la notion de pur plaisir que pouvaient apporter concertos et symphonies du grand C.P.E. Bach. ? l'image de leur invité Jean Guihen Queyras, tous les musiciens maîtrisent avec une égale virtuosité les interprétations "historiquement informées" (pour les cordes, sur boyaux) ou sur instruments montés "modernes" (comme ici, sur corde métal). Ce disque est le premier opus célébrant leur collaboration avec le maestro Riccardo Minasi pour Harmonia Mundi.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/3149020233122.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Corps diplomatique

par Emir Kusturica
Depuis leur première collaboration en 98 pour la BO du film Chat noir chat blanc, conte burlesque tzigane et leur premier album en 2000, Emir Kusturica & the No Smoking Orchestra ont scellé durablement leur histoire : La vie est un miracle, l'opéra Le Temps des gitans, ou plus récemment On the milky road. Corps diplomatique concrétise 20 ans de vie commune, deux décennies qu'ils sillonnent le monde à coup de concerts, multipliant les rencontres sur scène (Joe Strummer, Iggy Pop, Del Torro, Johnny Depp, Die Antwoord, Manu Chao...) et démultipliant leur audience. Le groupe de Belgrade, mené par son mentor guitariste et désormais chanteur, s'est imposé comme un des leaders de la musique des Balkans.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/5051083128780.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Cusp

par Alela Diane
L'une des expériences qui transforme le plus une femme s'avère être également un tabou chez les musiciens : elle peut devenir mère si elle veut, mais surtout qu'elle n'en parle pas dans ses chansons. Alela Diane, auteure-compositrice-interprète acclamée par la critique, s'oppose fermement à cette injonction. Si quelqu'un peut conquérir ce nouveau territoire, c'est bien Alela. Cusp est certes un virage thématique pour l'artiste, mais l'on y retrouve l'écriture précise et la voix cristalline qui ont déjà séduit de nombreux fans en dans le monde entier. Cet album, constitué de 11 morceaux, est né en janvier 2016, au cours des trois semaines qu'elle a passées en résidence à Caldera, dans l'Oregon. Au début de son séjour à Caldera, Alela se casse l'ongle du pouce en pelletant de la neige, rendant difficile le fingerpicking qui a fait sa renommée. Ayant remarqué un piano à queue dans le lodge principal, elle décide de s'y installer pour composer. En résulte le disque le plus pianistique de sa carrière, alimenté par une énergie qui permet d'affronter la nouveauté et même d'en tomber amoureux.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/3700187666590.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Désordre des choses (Le)

par Alain Chamfort
Ayant depuis longtemps accédé au statut d'icône, le parrain de la pop française démontre une nouvelle fois sa maîtrise de l'art de la mélodie, associé sur ce projet à Pierre-Dominique Burgaud à l'écriture. Du piano-voix sur Les microsillons à la production résolument moderne de En attendant, en passant par le plus entêtant Tout est pop, cet album est un hymne à la pop par l'un de ses meilleurs ambassadeurs.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/5414940009859.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Drumming

par Steve Reich
Le groupe de percussions de Colin Currie nous offre, pour célébrer les 70 ans du compositeur, une version majuscule du Drumming de Steve Reich.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0811043030127.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Forever

par Jungle
En 2013, Jungle débarque avec deux clips qui vont littéralement bouleverser les codes de la pop. L'année suivante, le super groupe britannique mené par J (Josh Lloyd-Watson) & T (Tom McFarland) sort un premier album éponyme qui se vend à près de 20 000 exemplaires dans l'Hexagone et plus d'un million dans le monde. Aujourd'hui, Jungle est enfin de retour avec For ever, enregistré entre Londres et Los Angeles. Tout comme le premier album, ce disque regorge de pépites soul/funk, irrésistibles appels à se trémousser sur les pistes de danse, en témoigne le single Happy Man reminiscent du groove entêtant de l'imparable Busy Earnin. Toutefois, ils nous présentent une nouvelle facette en ralentissant leur tempo sur les perles House in LA, Cherry ou encore Pray. Voilà un album qui devrait prolonger l'été pour un bon moment !<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0191404092729.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Love album (The)

par Adam Naas
Après le succès de son EP en 2016, Adam Naas revient ici avec son premier album. Découvrez une pop/soul intimiste qui appelle à la sensualité. La voix d'Adam devient un instrument à part entière, et transforme les histoires personnelles en sentiments universels. Un shoot d'amour qui réveille en nous sensibilité, intensité et honnêteté !<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0602567623809.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Nordub

par Sly & Robbie
L'innovateur et trompettiste star norvégien Nils Petter Molvaer s'associe pour la première fois aux légendes du reggae Sly & Robbie pour cet enregistrement. Accompagnés par le très respecté Eivind Aarset (Ray Charles, Dee Dee Bridgewater, Dhafer Youssef... ) à la guitare et de l'une des références de l'electro, Vladislav Delay, aux synthés, ils ont su créer un panorama de son unique, mélangeant l'atmosphère colorée du jazz norvégien aux grooves énergiques de la Jamaïque. Tous ensemble, ils forment un groupe d'âmes soeurs musicales, au-delà de toutes frontières de genres, qui ravira à la fois les amateurs de jazz, d'ambient et de reggae !<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0889854063429.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Oiseleur (L')

par Feu! Chatterton
Le deuxième album du groupe est un road trip lancé à toute allure, une collection de vignettes où s'entrechoquent réalisme contemporain et onirisme suranné, clins d'oeil au cinéma pulp, poésie surréaliste, guitares new wave et scansion rap.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0602567377467.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Please don't be dead

par Fantastic Negrito
Fantastic Negrito raconte l'humanité à travers la musique afro-américaine. Chaque chanson est l'histoire vraie d'un musicien d'Oakland qui a expérimenté les hauts et les bas de la vie, de la signature d'un contrat à un million à un accident de voiture presque fatal qui le laisse dans le coma. Et maintenant une renaissance en tant que musicien, malgré sa main abîmée dans l'accident. Après une longue pause, Negrito retourne à la musique en 2014 dans les rues d'Oakland. A partir de là, les choses bougent rapidement. Il gagne le prix du meilleur Tiny Desk concert NPR en 2015, il tourne avec Sturgill Simpson, Solange, Chris Cornell ou Temple of the Dog, et gagne le Grammy du Meilleur album de blues contemporain en 2017 pour The last days of Oakland. Quand on écoute Fantastic Negrito, on est invité à entendre l'histoire d'une vie qui recommence dans les cendres de la destruction. Pour tous ceux qui pensaient que c'était la fin en espérant un nouveau départ, voici votre musique.<p><iframe src='https://www.gamannecy.com/upload/htmls/0711297520521.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>

Vessel of love

par Hollie Cook
La princesse de la pop tropicale pourrait bien se voir attribuer le statut de reine en 2018. Déjà assimilée à des pointures du reggae telles que Janet Kay et Phyllis Dillon, mais aussi des icônes 60s comme The Shangri-Las ou The Ronettes, le son de Hollie Cook continue d'évoluer alors qu'il entretient sans effort ce parfait équilibre entre influences contemporaines et âme nostalgique. Elle est née et a grandi dans l'ouest de Londres, dans une famille portée par la musique, son père n'étant autre que Paul Cook, le batteur des mythiques Sex Pistols. Cet album marque la première collaboration avec le prestigieux producteur Martin "Youth" Glover (U2, Guns N 'Roses, Paul McCartney, The Verve... ).<p><iframe src='http://www.gamannecy.com/upload/htmls/0673855058825.html' width='100%' height='360px' frameborder='0' ></iframe></p>