Accès malvoyants

Malvoyant
Thème par défaut

Collège : lectures d'été

Collégiens de Jean Renoir, nous avons quelques livres qui sont dans votre liste des lectures estivales ! N'hésitez pas à venir les emprunter et faites tourner !

  1. item 1
    Le Roi de la forêt des brumes
    Michael Morpurgo
    Gallimard Paris
    1992
  2. item 2
    Le Vicomte pourfendu
    Italo Calvino
    Le Livre de poche Paris
    1986
  3. item 3
    No et moi
    Delphine de Vigan
    Le Livre de poche Paris
    2015
  4. item 4
    Tobie Lolness (1) : La Vie suspendue
    Timothée de Fombelle
    Gallimard Paris
    2006
  5. item 5
    Tobie Lolness (2) : Les Yeux d'Elisha
    Timothée de Fombelle
    Gallimard Paris
    2007
  6. item 6
    Une poignée d'étoiles
    Rafik Schami
    L'Ecole des loisirs Paris
    2016
  7. item 7
    Le chevalier au bouclier vert
    Odile Weulersse
    Le Livre de poche jeunesse [Paris]
    2014
  8. item 8
    Le Royaume de Kensuké
    Michael Morpurgo
    Gallimard jeunesse [Paris]
    2007
  9. item 9
    No et moi
    Delphine de Vigan
    Feryane Versailles
    2008
  10. item 10
    Nos étoiles contraires
    John Green
    Audiolib Paris
    2015
  11. item 11
    Nos étoiles contraires
    John Green
    Impr. CPI Bussière
    2013
  12. item 12
    Stupeur et tremblements
    Amélie Nothomb
    Albin Michel Paris
    1999
  13. item 13
    Un secret : Roman
    Philippe Grimbert
    Impr. Bussière
    2007

Slam/spoken word

  1. item 1
    Volcanic sunlight
    Saul Williams
    Sony Music Entertainment
    2011
  2. item 2
    Vieux freres/partie 1
    Fauve
    Fauve corp
    2014
  3. item 3
    Rythmes et botanique
    Gaël Faye
    Universal Music Publishing
    2017
  4. item 4
    Place 54
    Hocus Pocus
    Onandon-records
    2007
  5. item 5
    Ombres
    Luciole
    Mercury
    2009
  6. item 6
    Marseille marseille
    Louis Winsberg
    Such Production
    2010
  7. item 7
    I'm New Here
    Gil Scott-Heron
    XL Recordings
    2010
  8. item 8
    Il nous restera ça
    Grand Corps Malade
    Pias France
    2015
  9. item 9
    Gibraltar
    Abd Al Malik
    Atmosphériques
    2006
  10. item 10
    Digère et recrache
    Cabadzi
    Le Cirque Absent
    2012
  11. item 11
    Au début
    Fafapunk
    Fafapunk
    2017

Philip Roth

  1. item 1
    Exit ghost
    Philip Roth
    Arrow books London
    2007
  2. item 2
    Exit le fantôme
    Philip Roth
    Gallimard [Paris]
    2009
  3. item 3
    Indignation
    Philip Roth
    Gallimard Paris
    2010
  4. item 4
    La Tache
    Philip Roth
    Gallimard Paris
    2002
  5. item 5
    Le Complot contre l'amérique
    Philip Roth
    Gallimard Paris
    2006
  6. item 6
    Le Rabaissement
    Philip Roth
    Gallimard Paris
    2011
  7. item 7
    Némésis
    Philip Roth
    Gallimard Paris
    2012
  8. item 8
    Pastorale américaine
    Philip Roth
    Gallimard
    2001
  9. item 9
    Un Homme
    Philip Roth
    Gallimard Paris
    2007

Eté 2018

Bélibaste

par Henri Gougaud
La famille de Guillaume Bélibaste soutient les derniers " Parfaits ", propagateurs clandestins de l'hérésie cathare, et en ce début du XIVe siècle, il n'en reste plus guère... Un jour d'automne, Guillaume tue un berger qui menaçait de le dénoncer à l'Inquisition. Désormais proscrit, il n'a d'autre choix que de rejoindre, à contrecœur, les errants mystiques. Aidé par son protecteur, il va tenter de servir Dieu, bien qu'il n'y croie guère. « Guillaume Bélibaste est un personnage qui m'a toujours inspiré une profonde affection. Il tua un homme, par colère et malchance, et devint prêcheur hérétique. En cette fin du Moyen Age, les Parfaits cathares n'étaient plus que des errants mystiques, mais la pureté des fous de Dieu les tenait debout. Bélibaste n'eut même pas cette pureté-là. Il fit un jour le serment de ne jamais trouver une femme, et fut le lendemain parjure et amoureux. Héros malgré lui, il fut un cancre de l'âme. J'aime cet homme parce que je crois que, si Dieu existe, il est dans les questions et les douleurs des cancres, plus que dans les réponses des sages. » Henri Gougaud

Histoire du lion Personne

par Stéphane Audeguy
Orphelin, Yacine vit au Sénégal, dans un village reculé encore très méconnu des blancs, en cette fin de siècle des Lumières. Malin, n’ayant rien à perdre, passionné de mythologie et de mathématiques, il est envoyé par un missionnaire vers Saint-Louis, principal comptoir commerçant de cette jeune colonie. Sur son chemin, il trouve un jeune lionceau, orphelin comme lui, qu’il adopte, et nomme « Personne », en l’honneur d’Homère. A Saint-Louis, Yacine est pris sous la protection du directeur de la Compagnie Royale du Sénégal, Jean-Gabriel Pelletan de Camplong, charmé par la vivacité du jeune garçon. Le chien de la maison, Hercule, prend en charge, quant à lui, le jeune lion Personne, qui grandira ainsi parmi les hommes, affable et joueur. Jean-Gabriel Pelletan est bien seul à défendre l'idée que l'esclavagisme est une monstruosité de l'homme contre lui-même, à avoir une certaine rectitude morale dans le commerce. Seul à essayer de comprendre le Sénégal, d’apprendre le wolof, à respecter les peuples locaux. Seul, enfin, à aimer un autre homme, noir, autrement qu'à de pures fins de libertinage. Un tel homme ne peut s'attirer qu'inimitiés, crainte, désaveu, jalousies. Et les nuages grondent sans que cette étrange famille en ait réellement pris conscience…

Le Cri

par Nicolas Beuglet
A quelques kilomètres d'Oslo, l'hôpital psychiatrique de Gaustad dresse sa masse sombre parmi les pins enneigés. Appelée sur place pour un suicide, l'inspectrice Sarah Geringën pressent d'emblée que rien ne concorde. Le patient 488, ainsi surnommé suivant les chiffres cicatrisés qu'il porte sur le front, s'est figé dans la mort, un cri muet aux lèvres - un cri de peur primale. Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va découvrir une vérité vertigineuse sur l'une des questions qui hante chacun d'entre nous : la vie après la mort...

Walt Longmire (10) : Tout autre nom

par Craig Johnson
Tout autre nom est un bon cru de la saga Walt Longmire, qui nous emmène dans le comté de Campbell, loin des terres habituelles du sherif, où se trouve la plus grosse mine de charbon des États-Unis et où circulent des trains de plusieurs kilomètres. L’inspecteur Gerald Holman a été trouvé mort dans sa chambre d’hôtel, alors qu’il enquêtait sur l’enlèvement de plusieurs jeunes filles, et Lucian, le mentor de Walt, veut savoir ce qui a poussé son vieil ami à se suicider en se tirant deux balles dans la tête - soit au moins une de trop. Nul besoin d'aller plus loin dans l'intrigue si ce n'est pour rappeler le plaisir indescriptible à retrouver tous les classiques de Johnson : personnages, bien sûr, avec Candy, sa fille proche d’accoucher, Victoria Moretti, son adjointe blessée récemment, Henry Standing Bear alias La Nation Cheyenne, quelques bisons et deux ou trois fantômes surgis de nulle part... On l'aime toujours autant ce shérif des Hautes Plaines, et même quand il est loin de ses hautes plaines, il est toujours un peu bougon et taciturne mais sacrément sympathique et plein d'humour, même dans les situations les plus désespérées : se rappeler de ne jamais sauter dans un train de charbon en marche, même pour sauver une jeune femme d'une mort atroce sous peine de gros ennuis personnels...

Janvier 2018

Atlas des géographes d'Orbae (1) : Du pays des amazones aux îles Indigo

par François Place

Giant (1) : Tome 1

par Mikaël (1974-...)
New York, 1932. Malgré la grande dépression qui frappe durement l'Amérique, les buildings poussent comme des champignons dans la ville en pleine croissance. Giant est le surnom d’un irlandais taiseux, à la carrure de boxeur. Comme beaucoup de ses compatriotes, il travaille sur les chantiers où les accidents sont monnaie courante, et où la vie ne tient souvent qu'à un geste. Un jour, ses collègues le chargent d’avertir une famille du décès d'un compatriote. Mais au lieu de dire la triste vérité, il envoie une somme d'argent à Mary Ann, la jeune veuve, ainsi qu'une lettre dactylographiée qui pourrait être de son mari... Elle lui répond et commence alors une correspondance régulière, sans que Giant dissipe le mensonge. Vient alors le jour où Mary Ann et ses enfants débarquent à New York... Personnages attachants, dialogues rythmés, rebondissements et révélations, tous les éléments sont réunis pour embarquer le lecteur dans cette petite histoire au sein de la grande Histoire : une série prometteuse, qui évolue dans un décor urbain magnifique

Le Jour d'avant

par Sorj Chalandon
Michel et Joseph, deux frères qui s'aiment à la vie à la mort. Joseph rêve de devenir pilote de courses, il deviendra mineur - contre l'avis de son père qui l'aurait voulu agriculteur comme lui - et mourra dans un accident. Nous sommes en 1974, un jour de sinistre mémoire, où, après un coup de grisou, quarante-deux mineurs ont perdu la vie dans la fosse de Saint-Amé à Liévin, laissant des familles dévastées par le chagrin et la colère. Le père de Michel, inconsolable, se pendra, laissant un mot : " Michel venge-nous de la mine ". Quarante ans plus tard, Michel Flavent n'a pas oublié. Inconsolable, il fera tout pour retrouver le responsable de l’accident, contremaître pour qui seul le rendement comptait, au détriment de la sécurité.

Or

par Auður Ava Ólafsdóttir
"Je n'ai pas touché la chair nue d'une femme - pas délibérément en tout cas -, je n'en ai pas tenu une seule entre mes bras depuis huit ans et cinq mois, c'est-à-dire depuis que Gudrun et moi avons cessé de coucher ensemble, et il n'y a aucune femme dans ma vie, en dehors de ma mère, mon ex-femme et ma fille - les trois Gudrun. Ce ne sont pourtant pas les corps qui manquent dans ce monde et ils ont assurément le pouvoir de m'émouvoir de temps à autre en me rappelant que je suis un homme." Sans plus de réconfort à attendre des trois Gudrun de sa vie - et inspiré par sa propre mère, ancienne prof de maths à l'esprit égaré, collectionneuse des données chiffrées de toutes les guerres du monde -, Jonas Ebeneser se met en route pour un voyage sans retour à destination d'un pays ravagé, avec sa caisse à outils pour tout bagage et sa perceuse en bandoulière. Ör est le roman poétique et profond, drôle, délicat, d'un homme qui s'en va, en quête de réparation.

Décembre 2017

La servante écarlate

par Margaret Atwood
Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d'esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, "servante écarlate" parmi d'autres, à qui l'on a ôté jusqu'à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l'austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s'est vendu à des millions d'exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n'est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n'a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés. La série adaptée de ce chef-d'oeuvre de Margaret Atwood, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique.

Geisha : ou le jeu du shamisen, 1

par Christian Perrissin
Japon, aux alentours de 1912. Setsuko Tsuda a 8 ans quand ses parents quittent leur village pour la grande ville côtière, dernier espoir d'une vie meilleure. Son père, vieillissant, est un ancien samouraï qui boit trop, sa mère, qui était sa jeune servante avant de l'épouser, en veut terriblement à ce raté qui lui promettait monts et merveilles et qui lui offre une vie sordide. Les premiers mois sont prometteurs jusqu'à ce que son père se fasse renverser par un tramway, perde une jambe et toute chance de retrouver du travail. Un soir, il prend la décision de vendre Setsuko à une maison de geisha réputée, l'okiya Tsushima. L'argent reçu en échange de l'enfant aidera la famille, et Setsuko pourra espérer un avenir meilleur. Car être vendue à une okiya de premier rang est considéré comme un privilège. Setsuko partage désormais son temps entre l'école de geisha, où les jeunes filles apprennent à marcher, danser, chanter... et les corvées de l'okiya. Les premiers mois d'apprentissage sont difficiles. Et le risque majeur pour une apprentie geisha qui échoue est de finir comme servante ou prostituée... Heureusement, Setsuko se réfugie dans le jeu du shamisen, cette guitare à trois cordes qui accompagne le chant des geisha et dont la mélopée peut s'avérer des plus envoûtantes quand on en joue divinement.

Ma reine

par Jean-Baptiste Andrea
Vallée de l'Asse, Provence, été 1965. Shell vit dans une station-service avec ses vieux parents, mais les voitures qui passent sont rares. Shell ne va plus à l'école, il est différent. Un jour, il décide de partir pour aller à la guerre et prouver qu'il est un homme. Mais sur le plateau qui surplombe la vallée, nulle guerre ne sévit. Seuls se déploient le silence et les odeurs du maquis. Et une fille, comme un souffle, qui apparaît devant lui. Avec elle, tout s'invente et l'impossible devient vrai. Il lui obéit comme on se jette du haut d'une falaise. Par amour. Par jeu. Et désir d'absolu. Ma reine est une ode à la liberté, à l'imaginaire, à la différence. Jean-Baptiste Andrea y campe des personnages cabossés, ou plutôt des êtres en parfaite harmonie avec un monde où les valeurs sont inversées, et signe un conte initiatique tendre et fulgurant.

Summer

par Monica Sabolo
Lors d'un pique-nique au bord du lac Léman, Summer, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image : celle d'une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Disparue dans le vent, dans les arbres, dans l'eau. Ou ailleurs ? Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d'une famille figée dans le silence et les apparences. Comment vit-on avec les fantômes ? Monica Sabolo a écrit un roman puissant, poétique, bouleversant.

Coups de coeur de la Rentrée

Gabriële

par Anne Berest
Septembre 1908. Gabriële Buffet, femme de 27 ans, indépendante, musicienne, féministe avant l'heure, rencontre Francis Picabia, jeune peintre à succès et à la réputation sulfureuse. Il avait besoin d'un renouveau dans son oeuvre, elle est prête à briser les carcans : insuffler, faire réfléchir, théoriser. Elle devient " la femme au cerveau érotique " qui met tous les hommes à genoux, dont Marcel Duchamp et Guillaume Apollinaire. Entre Paris, New York, Berlin, Zürich, Barcelone, Etival et Saint-Tropez, Gabriële guide les précurseurs de l'art abstrait, des futuristes, des Dada, toujours à la pointe des avancées artistiques. Ce livre nous transporte au début d'un xxe siècle qui réinvente les codes de la beauté et de la société. Anne et Claire Berest sont les arrière-petites-filles de Gabriële Buffet-Picabia.

Le Bureau des jardins et des étangs

par Didier Decoin
Empire du Japon, époque Heian. XIIe siècle. Katsuro est le meilleur pêcheur de carpes de la rivière Kusagawa. Il les transporte ensuite du village perdu de Shimae jusqu'à la ville impériale de Heiankyo, pour qu’elles ornent les bassins des temples. Un jour cependant, il se noie dans la boue, sous l’œil d’un héron indifférent. Sa veuve, la jeune et frêle Miyuki, décide d'honorer la commande passée à Katsuro et de livrer les dernières carpes pêchées par son époux. Lourdement chargée d’une palanque et de nacelles en osier dans lesquelles s’agitent huit carpes, elle chemine lentement jusqu'à la cité impériale. Voyage périlleux et harassant, qui se déroule comme un deuil en mouvement, un pèlerinage amoureux. Avec ses airs d'estampes, ce récit très élégant et d'une sensualité extrême, est saturé de couleurs, d'odeurs délicates ou triviales, d’humidité et de froidure. C’est surtout un grand roman d’amour, donnant à voir l’intimité du couple passionné que formèrent la discrète Miyuki et l’âpre Katsuro. Un très beau livre pour les amateurs de poésie japonaise.

Sucre noir

par Miguel Bonnefoy
Un bateau naufragé vacille à la cime des arbres, tout est sec, il ne reste de la mer qu’un peu de sel entre ses planches. Dans un grand craquement, il sombre enfin, enfouissant son trésor dans le ventre des Caraïbes… A la recherche du fameux trésor du capitaine Henry Morgan, Severo Bracamonte croise le chemin de Serena Otero qui hante la forêt en quête de plantes, et rêve d’horizons lointains. Ils se fixent un peu malgré eux dans la grande demeure de la plantation de canne à sucre familiale, trouvent une fille dans les fumées d’un incendie, et continuent de chercher le trésor qui donnera un sens à leur vie. Jusqu’à la fin, qui laisse pantois. Un roman sensuel, luxuriant, envoûtant et moite comme la forêt vierge, à l’image des grands écrivains d’Amérique latine. On s’y perd un peu, on se vautre dans la prose précise et colorée de Miguel Bonnefoy. Le début et la fin sont formidables, mais on s’y ennuie parfois, à peine. (l’auteur a écrit précédemment le très remarqué voyage d’Octavio)

Juillet 2017

Le Dimanche des mères

par Graham Swift
Angleterre, 30 mars 1924. Comme chaque année, les aristocrates donnent congé à leurs domestiques pour qu'ils aillent rendre visite à leur mère le temps d'un dimanche. Jane, la jeune femme de chambre des Niven, est orpheline et se trouve donc désoeuvrée. Va-t-elle passer la journée à lire ? Va-t-elle parcourir la campagne à bicyclette en cette magnifique journée ? Jusqu'à ce que Paul Sheringham, un jeune homme de bonne famille et son amant de longue date, lui propose de le retrouver dans sa demeure désertée. Tous deux goûtent pour la dernière fois à leurs rendez-vous secrets, car Paul doit épouser la riche héritière Emma Hobday. Pour la première - et dernière - fois, Jane découvre la chambre de son amant ainsi que le reste de la maison. Elle la parcourt, nue, tandis que Paul part rejoindre sa fiancée. Ce dimanche des mères 1924 changera à jamais le cours de sa vie. Graham Swift dépeint avec sensualité et subtilité une aristocratie déclinante, qui porte les stigmates de la Première Guerre - les fils ont disparu, les voitures ont remplacé les chevaux, la domesticité s'est réduite... Il parvient à insuffler à ce court roman une rare intensité, et célèbre le plaisir de la lecture et l'art de l'écriture.

La Vie secrète des arbres : ce qu'ils ressentent, comment ils communiquent : un monde inconnu s'ouvre à nous

par Peter Wohlleben
Les citadins regardent les arbres comme des "robots biologiques" conçus pour produire de l'oxygène et du bois. Forestier, Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d'un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignons appelé ironiquement "Bois Wide Web". La critique allemande a salué unanimement ce tour de force littéraire et la manière dont l'ouvrage éveille chez les lecteurs une grande curiosité pour les rouages secrets de la nature.

Stupor mundi

par Néjib
Nous sommes en Italie au XIII ème siècle, sous le règne éclairé de l’empereur Frédéric II. Ce mécène féru de sciences et de découvertes, invite en occident le sulfureux Hannibal Qassim El Battouti, sa fille Houdê et leur serviteur qui, contraints à l’exil par de hauts dignitaires religieux de leur pays, trouvent refuge dans un monastère des Pouilles. L’homme de science travaille comme un fou à une invention révolutionnaire : la photographie… Mais jouer avec les images n’est pas anodin, dans un siècle où la représentation de Dieu est éminemment politique. Et le clergé est prêt à tout pour saboter l’œuvre du malin. Stupor mundi est une critique de l’obscurantisme religieux, mais aussi de l’aveuglement égoïste du chercheur. Proche du Nom de la rose, cette bande dessinée tout en finesse, mêle le vrai au faux, perd son lecteur dans des intrigues pleines de rebondissement, le ravit par son élégance graphique très moderne, et le laisse, rêveur, avec l’envie de la relire aussitôt.

Coups de coeur décembre 2013

Mauvais genre

par Chloé Cruchaudet
Deux jeunes gens Paul et Louise partent danser. Ils s’aiment et vont enfin se l’avouer. Le jour de leur mariage, Paul pat à la guerre (de 14). Traumatisé par les horreurs auxquelles il assiste, il déserte. Louise le cache. Un jour , excédée, elle lui tend sa robe pour qu’il aille lui-même chercher du vin. Il se déguise puis se transforme peu à peu en femme. « Suzanne » vit, travaille, et en découvrant le bois de Boulogne devient Suzy. Cette histoire suscite beaucoup d’émotions. Le dessin, le choix des couleurs illustre admirablement tous les sentiments. C’est superbe ! RM

Ainsi soit Benoite Groult

par Catel
Après avoir dessiné la vie d’Olympe de Gouges, féministe au temps de la révolution française, Catel malgré les réticences de cette dernière (elle n’aime pas la BD) va croquer Benoite Groult sur toutes les coutures. A travers leurs entretiens, on voit naitre et grandir leur amitié tout en redécouvrant la vie de cette pionnière du féminisme. Tous les grands dossiers sont évoqués : avortement, excision, divorce, droit de vote, féminisation des noms ex : auteur, auteure. L’esprit critique de l’une nourrit et exacerbe le talent de l’autre, le tout avec beaucoup d’humour. Une biographie dessinée qui donne à penser et se lit avec grand plaisir. RM

Le bleu des abeilles

par Laura Alcoba
La narratrice a une dizaine d'années lorsqu'elle parvient à quitter l'Argentine pour rejoindre sa mère, opposante à la dictature réfugiée en France. Son père est en prison à La Plata. Elle s'attend à découvrir Paris, la tour Eiffel et les quais de Seine qui égayaient ses cours de français. Mais Le Blanc-Mesnil, où elle atterrit, ressemble assez peu à l'image qu'elle s'était faite de son pays d'accueil. Comme dans son premier livre, Manèges, Laura Alcoba décrit une réalité très dure avec le regard et la voix d'une enfant éblouie. La vie d'écolière, la découverte de la neige, la correspondance avec le père emprisonné, l'existence quotidienne dans la banlieue, l'apprentissage émerveillé de la langue française forment une chronique acidulée, joyeuse, profondément touchante.<p>Belles Latinas 2013</p>

Le cas Eduard Einstein

par Laurent Seksik
En ouvrant ce livre, on entre dans la vie de la famille Einstein. Récit à 3 voix, on suit tour à tour l’histoire d’Albert Einstein qui n’est plus à présenter, de Mileva, sa première femme et de leur fils Eduard, atteint de schizophrénie à l’âge de 20 ans. Une histoire qui met certaines vérités en lumière, et qui ne peut que nous toucher. Un livre extrêmement bien documenté qui met l’accent sur des aspects méconnus de la vie du grand génie.